Blogue English

1 877 571-0222

Blogue

 
 

Trois tendances de l’industrie manufacturière à savoir en 2017

Le besoin de s’adapter en continu aux demandes variables des marchés est l’un des principaux moteurs derrière les changements amorcés en 2017. Que vous soyez une multinationale ou une PME, il est conseillé de prendre conscience de ces initiatives, de les implanter afin de veiller à la pérennité et à la croissance de votre entreprise. Une approche stratégique et le choix de nouvelles technologies sont nécessaires afin de révolutionner complètement la façon dont les entreprises de l’industrie manufacturière répondront aux nouvelles tendances mondiales.

1.   La transformation numérique des aires de production

L’ensemble de l’industrie évolue vers une intégration complète de la chaîne de fabrication. La capture et la capacité de traitement des données rendent possible cette intégration. Par conséquent, les fabricants devront apporter des modifications substantielles notamment aux aires de production. Ils devront moderniser certains équipements et s’équiper d’outils numériques qui facilitent l’échange de l’information.

L’Internet des objets et le Big Data

Grâce à l’Internet des objets (IdO), les réseaux de chaîne d’approvisionnement et la production peuvent réduire leurs coûts d’exploitation, tout en atteignant une plus grande efficacité opérationnelle. Le Big Data, ou aussi appelé mégadonnées, à leur tour contribueront à générer des indicateurs de performance essentiels aux prises de décisions.

Un accompagnement par des consultants en projet d’usine intelligente pourrait être évidemment envisagé afin de définir la bonne stratégie et de mettre en place de nouveaux outils numériques. Tout ce qui peut aider les fabricants à se tourner vers la numérisation s’avère un choix pertinent.

2.   Une meilleure visibilité de la chaîne d’approvisionnement

Des changements dans l’accessibilité de l’information à travers la chaîne d’approvisionnement sont aussi une tendance grandissante. Quelques initiatives ont vu le jour telles que :

Accélération des processus des chaînes d’approvisionnement

Une production axée sur la demande du marché consiste à produire des commandes sur mesure en fonction des besoins réels, au lieu de prévoir la demande. Ainsi, un processus d’approvisionnement plus agile permet aux organisations de réduire certains coûts de logistique et de coordonner simultanément les ressources.

Synchronisation numérique des collaborateurs

Actuellement, plusieurs moyens de communication sont utilisés dans le processus de la chaîne d’approvisionnement. Par ailleurs, la diversité des méthodes d’échange de l’information entraîne des délais inhérents. L’adoption de nouveaux outils numériques permet d’accélérer ces processus et de synchroniser les systèmes de gestion, tout en assurant à chaque acteur d’accéder aux mêmes données en temps réel.

Projets d’optimisation de la chaîne

L’optimisation stratégique de la chaîne, laquelle passe par le développement des fournisseurs, la gestion des flux logistiques et l’assurance-qualité, diminue grandement les délais de réponse au marché et augmente l’agilité de l’entreprise. En ce sens, les conseillers-experts en excellence opérationnelle chez Merkur réalisent des projets d’amélioration à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement.

3.   Des initiatives vers une production durable

De nombreuses tendances sociales et économiques poussent les organisations à préconiser le développement durable. Tôt ou tard, l’industrie manufacturière devra mettre en œuvre des initiatives de production écoresponsables. Plusieurs raisons peuvent légitimer une orientation stratégique qui tient compte des principes de respect à long terme de l’environnement physique.

Profiter des incitations fiscales, stimuler les projets d’innovation, attirer une nouvelle clientèle et motiver l’équipe correspondent tous à des avantages auxquels une entreprise peut s’attendre en adoptant des pratiques plus vertes.

À titre d’exemple, l’entreprise Procter & Gamble a annoncé publiquement en début d’année sa promesse d’éliminer 100 % des déchets de fabrication d’ici 2020.

L’industrie manufacturière québécoise peut s’attendre à vivre quelques changements majeurs au cours des prochaines années.

 

Pour nous joindre